Main menu:

Site search

mai 2011
L Ma Me J V S D
« avr   juil »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

Categories

Tags

Liens

Les chaussures minimalistes, c’est pour les cons

J’étais tranquillement en train de boire mon cinquième verre de Sobieski quand on est venu à parler de sport avec le mec devant moi. Je lui partageais mon amour actuelle pour le footing et mon envie de persévérer dans ce sport aussi noble que le kilo de merde.

A la pointe des nouveautés dans le milieu, le jeune homme me parla de cette nouvelle mode de course qui était apparu aux US et arrivait en France, le barefoot running, entendez par là, la course à pied pieds-nus.

Partant d’un très bonne intention qui consiste à se détacher d’une paire de pompes pour courir comme nos ancêtres des cavernes : à même le sol.

Manque de bol pour mon partenaire de discussion, je connaissais déjà bien le thème de la conversation et je lui ai fais part de mon expérience récente.

Tenté par cette nouvelle approche de la course, j’ai voulu tester, en me procurant une paire de chaussures minimalistes : leur amorti est réduit au maximum pour ressentir au mieux nos pas sur la planète. Les paires à la mode étant les Vibram FiveFingers, une cinquantaine d’euro plus tard, je trouvais une paire d’occasion de peur de perdre une trop grosse somme en une fois (comptez bien 120 € neuves).

Après une première sortie de 30 minutes, j’ai tout de suite compris ma douleur. Ces chaussures minimalistes obligent l’être humain normal à modifier sa course pour se retrouver dans une position (soit disant) naturelle (comme l’homme des cavernes qui courait après les biches). Ajouté à ça, le manque de douceur d’un amorti sur un sol dur goudronné, les articulations de nos corps de princesse assoupli et affaibli avec les milliers d’année de régression souffrent devant tant de difficultés. J’ajoute même qu’après les avoir porté durant tout une journée « normale », le mal de pieds était saisissant.

Ces chaussures sont donc à laisser dans les mains de professionnels désireux de faire évoluer dans la douleur leur façon de courir. Vu le corps d’un homme normal de notre époque (et si vous ne voulez pas avoir un genou ou des vertèbres en vrac à 40 ans), il serait faible de croire qu’il est possible de s’y habituer si facilement.

Côté marketing, le jeune gamin qui était face à moi pendant que je biberonnais ma vodka défendait bec et ongles le parfait discours de la marque.

Je lui ai vivement conseillé de les essayer au lieu de me bullshiter.

Comments

Comment from Stupidocratie
Time 3 mai 2011 at 21 h 07 min

J’appose le sceau #CPLC sur ce produit… sans aucun doute.

Comment from Sebastien
Time 3 mai 2011 at 22 h 14 min

100% approuvé #CPLC
Grand Winner 2011