Main menu:

Site search

avril 2018
L Ma Me J V S D
« déc    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30  

Categories

Tags

Liens

Google +, c’est pour qui ?

Ta grand-mère est dans tes amis Facebook et tu es gavé(e) de voir qu’elle a mis un « J’aime » à la photo sur laquelle on te voit baigner dans ton vomi ?

Google+ est fait pour toi.

Ta grand-mère, aussi nerd quelle est vu son âge, mettra sûrement un peu de temps à migrer sur ce nouveau réseau social concurrent de Facebook.

Google+, c’est le truc dont on est fier de dire que l’on y était avant toi, connard.

Sinon, c’est plutôt bien foutu, ta vie privée est autant fistée que lorsque tu étais sur Facebook … mais à la sauce Google.

Tu peux faire des cercles avec tes contacts, genre « Mes amis IRL » , « Mes amis que j’ai jamais rencontrés IRL mais ce sont mes amis » , « Les gens que je ne connais pas » , « Les autres » , et à la limite « Famille » , mais si c’est comme la mienne, tu peux toujours attendre.

Quant au contenu, on a le droit pour l’instant à des discussions intéressantes (parfois), à des gifs animés à la con et (souvent) à de l’égo qui tâche.

Let’s see pour la suite.

Du cul, de la bite et du porno. Oui mais ?

Oui mais objectivement y’en a ras la touffe de voir des ‘bonzhommes bodybuildés de 2m90 montés commes des poneys et faisant toupiner* sa ou ses partenaires (une dans chaque main) après l’avoir/les avoir littéralement empalée(s) par l’anus, le tout sous un coktail extasy/Lexomil…
…Parce que je ne possède pas même de démonte pneu dans ma voiture et que ca me va très bien comme ca.

(*ou hélicoptèrer. nb: Tu la sens ma grosse pale ?)

Bref,
Depuis les décennies que ce dictat irréel dirige nos à-côtés sexuels, ou pas, je n’ai pas le souvenir d’avoir vu passer quoique ce soit de novateur qui ait ne serait-ce que tenté de nous ramener un poil à la réalité vraie (voila, oui), à part peut être les tournages amateurs qui d’après ce que j’en ai lu feraient un carton sur le web pr0n, mais en fait c’est chiant et on s’en fout.

Le concept de réalisme tant dans l’acte que dans sa réalisation étant donc jusqu’ici globalement bânis de cet univers peu catholique phalique, ce qui vous vaut ce post est donc mon récent étonnement face à ce qu’on peut considérer un nouveau genre, à savoir du pseudo amateur, mais tourné proprement en HD avec des acteurs aux corps et performances…Humaines. (‘Meme qu’ils se font des bibi’ des fois, oué!)

Et c’est chez Joymii que ca se passe.

La Biffle, c’est pour qui ?

Après le Shamisen, l’onycophagie, le Bukkake et la turlutte , me revoilà pour un article de fond.

La biffle est un mot-valise qui vient de la contraction de bite et de gifle.
Si le mot prend 2 ‘f’ c’est pour exprimer la vitesse lorsque la bite fend l’air.

Plutôt que rentrer dans une série de démonstrations scabreuses , je vais analyser cette pratique en me basant sur la méthode QQOQCP (Qui fait Quoi ?, Où ? Quand ? Comment ? Combien ? et Pourquoi ?)

La biffle : QUI ? (De qui, Avec qui, Pour qui…)

Tout homme normalement constitué se trouve dans la capacité de pratiquer la biffle. Certaines femmes ayant subi  une opération également, mais il faut que je vérifie.

Si l’homme doit être obligatoirement l’émetteur, le récepteur quant à lui peut être:

  • un homme
  • une femme
  • un animal (oursin et hérisson déconseillés)
  • un végétal (cactus et autres plantes vénéneuses proscrits)
  • un objet (non coupant, si possible)

A noter que la biffle ne peut / ne doit pas être réalisée sur :

  • des représentants de l’ordre
  • des membres de votre famille
  • des collègues (sauf pour le laule et si vous les connaissez vraiment bien)
  • vos supérieurs (même s’ils le méritent, ces ordures).

Ce ne sont que des préconisations, après vous faites ce que vous voulez, je m’en tape la joue.

La biffle : QUOI ? (Quoi, Avec quoi, en relation avec quoi …)

Avoir un pénis en érection et aimer la pratique de la matraque (ou du tonfa).

L’objectif étant de gifler sans utiliser ses mains et sans outil extérieur, le résultat est généralement humiliant pour le récepteur et gratifiant pour l’émetteur (sur le moment).

Le récepteur peut également être amusé, si bien sûr celui-ci peut ressentir ce genre d’émotions (cf. végétal / objet).

La biffle : OU ? (Où , par où , vers où …)

La biffle ne peut se pratiquer -moralement- n’importe où , bien que cela soit techniquement possible.

L’exemple de lieux de cultes pourrait être le plus croustifondant (église, mosquée, synagogue ou même temple bouddhiste) et ajouter un peu de fun dans ces places si empruntes de respect.

Mais cessons de fantasmer … elle est pratiquée le plus souvent chez soi : seul, en couple et/ou entre amis.

La biffle : QUAND / COMBIEN (tous les quand, à partir de quand, jusqu’à quand, dans quelle mesure, valeurs en cause, à quelle dose…)

Il me semble avoir vu un documentaire sur la chaine National Geographic ou il était indiqué que la Biffle au temps des Incas était une marque de respect (mais je n’en suis pas sûr, donc passons).

Sauf erreur de ma part, la biffle n’est pas mauvaise pour la santé. Mais comme avec tout ce qui est bon (la drogue, le sexe payant), il ne faut pas en abuser.

Je préconiserais donc la biffle le matin, midi et soir (avec un grand verre d’eau). Lors des week-ends et jours fériés, les doses peuvent être doublées.

La biffle : COMMENT (de quelle façon, dans quelles conditions …)

Une vidéo explicative vaut mieux qu’un long discours :

Image de prévisualisation YouTube

La Biffle : POURQUOI (Cause, motif, finalité)

La Biffle peut être présentée comme une tentative pour reprendre le pouvoir dans une société ou l’égalité entre les sexes aurait « castré » la gente masculine. Sortir son machin et biffler à tout va nous permettrait donc de nous situer vis à vis des femmes (« j’ai un pénis et pas toi, laule » ).

La Biffle peut être considérée comme une pratique sexuelle, ou plutôt un jeu. Dans ce cas là doit-on être choqué comparé à des pratiques telles que la scatophilie (caca dans la bouche)  ou l’urophilie (pipi dans la bouche) ?

La Biffle peut être également désignée comme un acte misogyne (lorsque pratiqué sur une femme), mais ,sérieusement, qui de nos jours écoute les palabres de ces pseudo féministes de merdRe, hein ?

Alors, la Biffle, C’EST POUR LES CONS ?

L’avis de @Juldes : C’est une pratique que j’aime partager avec le traditionnel « mes couilles sur ton nez ». D’ailleurs, durant mes années d’apprentissage avec un maître biffleur, j’ai retenu une chose : Plus dur tu seras, plus fort la biffle claquera.

L’avis de @pinkbOnO : Il n’est de mon avis de point de vue intéressant à ce sujet que celui de Juan Carlos©. Néanmoins il ne me parait pas exagéré de considérer qu’un coït sans biffle serait comparable à un repas sans fromage, une draisine sans wagon, une érection sans Ségolène Royal, un jeune chiot fougueux sans Boy Butter… Je n’imagine pas qu’un homme puisse se réaliser sans la saine pratique de la biffle. D’ailleurs, n’est ce pas Jean-Paul Sartre qui a écrit dans un moment de grande lucidité: Seule compte la biffle. Les rêves, les attentes, les espoirs permettent seulement de définir un homme comme rêve déçu, comme espoirs avortés, comme attentes inutiles.

Sacré Jean-Paul, c’était pas le dernier pour une bonne double biffle smashée.

L’avis de @Stupidocratie : Comment je suis tombé dans la Biffle ? Une soirée arrosée, deux jeunes filles (une étant ma régulière, l’autre sa colocataire) , j’ai sorti mon pénis … et ce fut le drame. J’ai compris alors à quel point les gènes jouent. Comme un instinct de survie, le fait de biffler m’a sauvé de bien des situations.  Pour un homme, la biffle, c’est éviter de réfléchir tout en donnant une réponse satisfaisante et argumentée (ou pas).

Les chaussures minimalistes, c’est pour les cons

J’étais tranquillement en train de boire mon cinquième verre de Sobieski quand on est venu à parler de sport avec le mec devant moi. Je lui partageais mon amour actuelle pour le footing et mon envie de persévérer dans ce sport aussi noble que le kilo de merde.

A la pointe des nouveautés dans le milieu, le jeune homme me parla de cette nouvelle mode de course qui était apparu aux US et arrivait en France, le barefoot running, entendez par là, la course à pied pieds-nus.

Partant d’un très bonne intention qui consiste à se détacher d’une paire de pompes pour courir comme nos ancêtres des cavernes : à même le sol.

Manque de bol pour mon partenaire de discussion, je connaissais déjà bien le thème de la conversation et je lui ai fais part de mon expérience récente.

Tenté par cette nouvelle approche de la course, j’ai voulu tester, en me procurant une paire de chaussures minimalistes : leur amorti est réduit au maximum pour ressentir au mieux nos pas sur la planète. Les paires à la mode étant les Vibram FiveFingers, une cinquantaine d’euro plus tard, je trouvais une paire d’occasion de peur de perdre une trop grosse somme en une fois (comptez bien 120 € neuves).

Après une première sortie de 30 minutes, j’ai tout de suite compris ma douleur. Ces chaussures minimalistes obligent l’être humain normal à modifier sa course pour se retrouver dans une position (soit disant) naturelle (comme l’homme des cavernes qui courait après les biches). Ajouté à ça, le manque de douceur d’un amorti sur un sol dur goudronné, les articulations de nos corps de princesse assoupli et affaibli avec les milliers d’année de régression souffrent devant tant de difficultés. J’ajoute même qu’après les avoir porté durant tout une journée « normale », le mal de pieds était saisissant.

Ces chaussures sont donc à laisser dans les mains de professionnels désireux de faire évoluer dans la douleur leur façon de courir. Vu le corps d’un homme normal de notre époque (et si vous ne voulez pas avoir un genou ou des vertèbres en vrac à 40 ans), il serait faible de croire qu’il est possible de s’y habituer si facilement.

Côté marketing, le jeune gamin qui était face à moi pendant que je biberonnais ma vodka défendait bec et ongles le parfait discours de la marque.

Je lui ai vivement conseillé de les essayer au lieu de me bullshiter.

Les DAC c’est pour les cons

La bascule c’est Thunderstruck, clairement…

On va donc s’epargner le contexte de cet achat pour aller droit au but; Le Fiio E7 est un indispensable de l’audiophile casqué.

C’est quoi, pour quoi, quel interet, blablabla…?!

Le Fiio E7 est un DAC/ampli portable et autonome (80h sur batterie interne).

Pour faire court, un DAC est un decodeur transformant un flux numerique en un flux analogique. Plus simplement encore, le DAC du Fiio E7 est une carte son Haute Fidelite remplacant celle de votre Mac ou Pc via une interface usb et deux sorties stereo jack 3.5.

La seconde face du Fiio E7 c’est son etage d’amplification situe apres le DAC et accessible directement depuis l’entree Auxiliaire, l’option est subtile mais marque deux types d’usages et deux qualites differentes a l’écoute. Plus concretement, vous allez brancher votre lecteur audio numerique portable (LANP) dans l’entree Auxiliaire en jack 3.5 et sortir avec une qualite moindre qu’en passant par l’etage DAC du Fiio E7 en lecture (via l’usb) depuis votre ordinateur, ce puisque le DAC de votre LANP est, sauf exception (Cowon) de qualite bien moindre que celui du Fiio E7.

Notez par la meme dans ma photo ci-dessus que j’ai connecte mon iTouch au Fiio E7 a l’aide d’un cable Dock Connector/Jack 3.5 s’assimilant a la sortie ligne reconnue comme delivrant une qualite moins mauvaise que la sortie jack 3.5 de l’iTouch; Car oui, objectivement, quand on colle un bon casque HFI derriere le Fiio E7 on note immediatement une nette difference entre une utilisation DAC/Ampli a la signature sonore aiguisee, et une utilisation LANP/Ampli qui apparait alors un poil fouillis en comparaison. Nuançons néanmoins car le LANP/Ampli est largement superieure a un coutumier LANP/Casque sans Fiio E7. Le Fiio E7 reste un ampli spécialisé tres efficace permettant d’assurer un driving parfait de votre casque HFI. Tous les LANP n’etant pas capables de driver convenablement des casques 35Ω, driver un 50Ω ou supérieur tiendrait alors de la gageure…Plate la gageure, dommage.

La contrepartie déplaisante pas forcement évidente de prime abord, est qu’équipé de la sorte vous allez rapidement prendre la décision de ré-encoder ce que vous n’aviez pas encodé en haute qualité a l’époque ou vous ne faisiez pas la nuance entre un mp3 128kbits/s et un ALAC.

Au sujet de l’anecdote de  Thunderstruck, je vous en reparlerai en meme temps que les essais et le choix de l’Ultrasone HFI-2400 compare aux Grado 60i, AKG K 242 et Ultrasone HFI-580/750, a venir…